Et bien moi je remercie Michael pour ses transcriptions. La transcription est une technique d’apprentissage du Jazz depuis longtemps. Elle fait partie d’une tradition de transmission orale, adaptée à une époque où nous disposons d’enregistrements des maitres, ce qui n’a pas toujours été le cas.

Transcrire c’est apprendre à phraser, se placer, faire sonner des couleurs que ni l’inspiration ou la théorie seules ne nous permettraient de concevoir.

Pour phraser ’Jazz’, il faut avoir passé du temps à jouer ’avec’ Charlie Parker, Rollins, Tom Harrell, etc, etc. Tout comme on apprend à parler en imitant ses parents. Accessoirement, ca developpe l’oreille. En situation live, il n’est pas inutile d’être capable d’entendre vraiment ce que les autres jouent. La transcription aide aussi à ca (il est donc important d’en faire soi-même, quelque soit la qualité de celles qui sont à disposition sur le net).

Celà ne signifie pas que l’on se contente de ca. Ensuite on trouve sa voix/voie.
Analyser une transcription c’est comprendre ce qui fait sonner un solo, comment il fonctionne.
Il faut, pour ce faire, être armé d’un minimum de connaissances théoriques. Sinon, c’est simplement indecodable !!

Charlie Parker, joueur intuitif, inspiré, rapide, naturel, s’est interessé à la théorie. Marc Ducret, autodidacte contemporain, a appris en transcrivant les boppers et quelques grands de ECM. Il a créé son langage grâce à eux et Russell, Bartok, Tristano, etc ...

Les musiciens indiens apprennent avec un maitre qui leur fait chanter note pour note, soupir pour soupir, inflection pour inflection, des phrases musicales.

Les compositeurs classiques connaissent ce qui s’est fait avant eux, travaillent sur les grandes partitions et en tirent les conséquences pour eux mêmes. Ce n’est pas de la transcription mais bien un équivalent dans le cadre de la musique savante écrite.

La théorie ne dit pas comment faire de la bonne musique. Transcrire ne fait pas un bon musicien. Mais l’un et l’autre sont INDISPENSABLES. Aucun Jazzman ne prétendra le contraire. A moins de jouer quotidiennement avec des grands, dans une relation d’apprentissage direct. Pas evident ! Et même là, nous avons des decennies de Jazz derrière nous, une multitude d’approches et de langages. Alors transcrire est bien incontournable. Et ca n’empêche pas le naturel et l’originalité. Au contraire. Ces deux qualités sont à ce prix là, à mon avis en tous cas !

Merci encore pour ces transcriptions !
Continuez ce précieux travail.


Catégories

  • Boutique (7)
  • Coups de coeur (8)
  • Live (13)
  • Pédagogie (29)
  • Transcriptions (34)
  • Web (22)


  • Concerts


  • Le 28/11/2017 : José Caparros quintet Salon de Provence

    Concert du quintet de José pour la sortie de son nouvel album.
    Imfp Salon de Provence, 95, Avenue Raoul Francou
    Tel : 04 90 53 12 52


  • Le 29/11/2017 : José Caparros quintet Marseille

    Concert du quintet de José pour la sortie de son nouvel album.
    Jazz sur la ville, Marseille, 48 rue Roux de Brignoles.


  • Le 04/12/2017 : Vandojam Sunset Paris

    Vandojam hommage à Wayne Shorter + jam session Sunset jazz club,
    Special guest au premier set : Max Pinto
    Paris, 60 rue des Lombards métro chatelet. 21h, gratuit. Come by and play !


  • Le 08/12/2017 : CANNONBALL & TRANE feat Baptiste Herbin (Chambéry)

    Super power concert ultra jazzzz en perspective, avec la présence exceptionnelle de Baptiste Herbin (sax alto) et une rythmique de pointe (Philippe Soirat-Fred Nardin- Brice Berrerd)
    Nous allons rendre hommage à Cannonball et Coltrane en rejouant le repertoire de l’album qui les a réuni chez Capitol records.
    Jazz club de Chambéry.


  • Le 03/01/2018 : Aix les bains, l’insolite

    En trio autour de Getz et la bossa nova à Aix les bains dans un chaleureux bar à vins attenant au casino. L’insolite Rue Haldimand 73100 Aix-les-bains. 20h30


  • Le 10/02/2018 : Café Laurent Paris

    j’aurais le plaisir d’etre l’invité de Christian Brenner et son trio dans le magnifique cadre du Café Laurent jazz club, au centre du quartier historique du jazz parisien, 33 rue dauphine. 21h (entrée libre, conso)