Scott Hamilton place ses doigts pour le swing



En concert live avec Scott Hamilton, j’ai appris en l’écoutant et en l’observant.
Le placement de ses doigts sur le saxophone m’a interpellé : j’en ai parlé avec lui et il m’a expliqué que le swing passe aussi par les doigts.


J’ai remarqué en jouant aux coté du grand Scott Hamilton (je posterai bientôt relevés de solo de nos concerts et vidéos) qu’il jouait la main du haut avec les doigts à plat et quasiment les nacres au niveau de la seconde phalange…

En observant pendant qu’il joue très attentivement au concert suivant, je constate qu’il ne soulève quasiment pas les doigts du fait de cette position à plat qui empêche naturellement les doigts de se soulever, et que cette posture lui sert aussi à « caresser » les touches pour modeler le son, car il enfonce et relâche les clés souvent avec une douceur et une vitesse qui varie pour ciseler les notes.
Magnifique ! J’ai donc essayé chez moi au quotidien ce nouveau placement des doigts.

Très déstabilisant la première heure (j’avais décidé de bosser gammes et arpèges pour me familiariser avec la position) les sensations et la dextérité arrivent ensuite progressivement, et en effet pour moi aussi c’est la révélation : les doigts restent au contact des nacres plus facilement, et le toucher devient plus sensible et permet de modeler les sons.

Je travaille depuis quotidiennement à maintenir cette position de la main du haut jusqu’à ce qu’elle devienne naturelle et instinctive dans mon jeu. C’est un changement radical pour moi qui ai toujours pensé les doigts du haut crochus pensant y trouver plus de maîtrise, sur conseil de musiciens classiques. Musique différente , approche différente, sur ce point.

Merci Scott pour la leçon !




Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par Michael, merci.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 commentaire

Anonyme Le 14/01/2013 à 08h44.

Cher Michael,

j’avais relevé moi aussi cette particularité que j’attribuai à décontraction "naturelle" des américains.
J’ai tenté à mon tour cette technique : pas évident du tout et très déstabilisant. Vais-je insister ?
Merci en tout cas pour ce blog passionnant.
Une question ? Comment expliques-tu l’embouchure si particulière de Stan Getz ? Est-ce un modèle à suivre ?
Bien cordialement
Gilles
D’où la formule suivante : embouchure de Getz + main gauche d’Hamilton= swing garanti ?

Michael CHERET Le 16/01/2013 à 20h25.

déstabilisant en effet , il faut insister quelques jours !
Comme beaucoup de techniques qui impliquent une partie "physique", on ne saisit pas la nouveauté ni en une minute ni en une heure parfois.Les débuts sont juste très perturbants et ne sent d’abord que régression...
En insistant quelques jours on peut par contre ouvrir des portes jusque là insoupçonnées.
Et enfin on a l’embarras du choix mais on s’est offert ce luxe d’avoir le choix !
J’écris un livre de pédagogie qui traitera notamment de ces sujets (j’espère fini pour 2014 )
pour ce qui est de Getz, je crois avoir saisi l’essentiel à force de travail : à vous d’en juger par exemple dans la vidéo early Stan Getz de la rubrique vidéos.
le son de Getz provient semble t’il à la fois de son choix matériel très atypique et difficile à assumer (entre autre pas très homogène et très typé , par opposition à un matos plus polyvalent), à savoir bec très fermé et anche classique Vandoren très dure (époque années 50 /60 )associé en effet à une embouchure directement héritée de la clarinette, lèvre inférieure très rentrée mais avec beaucoup de décontraction et de mouvement pour le phrasé.
Bien sur le son d’un musicien c’est aussi les notes qu’il choisit ainsi que son articulation !
Quand au swing, là c’est une toute autre aventure ! On peut avoir le son de Getz et le swing de ... mais être le mari de la chanteuse...et vendre beaucoup de disques ! ( humour, vache, mais humour tout de même )

Répondre a ce post


Concerts


  • Le 01/03/2018 : We Five featuring Jim Rotondi LYON

    En quintet avec le virtuose Jim Rotondi (USA) trompettiste et arrangeur parmi les plus grands.
    Au jazz club Madame Simone, Lyon perrache. 20h30
    Conso ou repas.


  • Le 02/03/2018 : We Five featuring Jim Rotondi Bourg en B.

    En quintet avec le virtuose Jim Rotondi (USA) trompettiste et arrangeur parmi les plus talentueux au monde !
    Avec Andréa Michelutti (drs) Brice Berrerd (cb) Olivier Truchot (p) et moi même.
    La Ferme à Jazz, Bourg en Bresse, concert à 21h


  • Le 05/03/2018 : Vandojam Sunset Paris

    Vandojam hommage à Steve Swallow + jam session Sunset jazz club,
    Special guest au premier set : PSPBB et CMDL
    Paris, 60 rue des Lombards métro chatelet. 21h, gratuit. Come by and play !


  • Le 07/03/2018 : Lyon jazz quartet au Labo

    J’ai le plaisir d’etre invité à Lyon par le quartet de Joss Perier et John Zidi, avec l’excellent Lucas au piano, au Labo mercredi 7 mars à 22h pour un set puis jam !


  • Le 14/03/2018 : Eybens (38) jam !

    Jam Jazz mensuelle “Odysswing”
    à l’Entracte, 89 avenue Jean-Jaures 38320 EYBENS
    vers 20h, entrée libre : un rendez vous initié par Antoine Laville pour se retrouver tous ensemble et jouer, discuter, passer un bon moment autour du jazz.